UNIR POUR DEVELOPPER

UNIR POUR DEVELOPPER

POURQUOI L’AFRIQUE RESTE EN RETARD POUR SON DEVELOPPEMENT ?

Nous répondons à cette question en établissant la liste des obstacles majeurs au développement de l’Afrique que voici :

 

OBSTACLES HISTORIQUES

 

1- L’Afrique n’a toujours pas décidé de réorienter l’horizon vers lequel le passé la destine.

2 - L’Afrique ne s’engage pas à reconstruire un peuple et un continent, divisé depuis Berlin (en absence de toute délégation africaine), pour refuser solennellement les clauses du congrès de Berlin, causes lointaines et fondamentales de la banalisation, de la balkanisation, de la précarisation et du retard de l’Afrique.

3- L’Afrique n’a toujours pas fait une véritable rupture avec son passé en ayant foi enfin en elle même afin de guérir de sa pandémie la plus grave : l’ignorance de ce qui doit faire son progrès.

4- L’Afrique ne s’engage pas à réaliser le rêve de tout un peuple et des grandes âmes africaines : devenir une fédération des Etats-Unis pour hâter le développement.

5- L’Afrique reste inconsciente et insouciante ne sachant pas que c’est l’union qui fait la force et que l’unité fait la puissance.

 

OBSTACLES POLITIQUES ET STRATEGIQUES

 

6- L’unité, la liberté et la souveraineté au plan de l’indépendance politique, économique... la motivent moins en réalité.

7- Ayant tout pour devenir la prochaine puissance du monde, elle reste désorganisée donc affaiblie de l’intérieur.

8- L’Afrique n’a jamais une place au Conseil de Sécurité à l’ONU.

9- Elle préfère rester la grande prostituée de tous les temps (errante derrière des idéologies, dans des fiançailles de toute sorte, tournant en rond, etc.).

10- Agir en rangs dispersés est le mode d’action des Etats africains.

11- L’Afrique n’est jamais dans une relation d’égal à égal avec les autres.

12- L’Afrique est victime de l’ingérence des autres dans ses affaires.

13- Aux yeux des autres et à ses propres yeux, l’Afrique était et demeure le continent des mineurs.

14- L’Afrique ne dispose pas d’une armée digne pour sa sécurité.

15- L’Afrique ne fabrique pas des armes, mais elle brûle depuis toujours.

16- L’Afrique reste victime de l’œuvre des africophages de l’intérieur et de l’extérieur.

17- L’Afrique ne s’affirme pas en tant qu’un peuple inventif, rationnel et créatif réfutant les propos de HEGEL qui qualifie l’Africain de non inventif.

18- L’Afrique est victime d’une « préca-culture » gangréneuse.

 

OBSTACLES SOCIOCULTURELS

 

19- L’Afrique n’a jamais défini d’une part l’homme africain qu’elle souhaite et d’autre part le système éducatif adéquat en amont.

20- L’Afrique reste victime de l’égalitarisme.

21- L’Afrique n’instaure pas la culture du travail par excellence et elle ne combat pas avec véhémence la culture de la médiocrité.

22- L’Africain n’est pas dans un système qui le transforme en un homme de devoir et de droit.

23- L’Afrique souffre de l’absence du patriotisme au profit de l’émergence du continent.

24- L’Afrique ressemble à une jungle où les plus forts écrasent les plus faibles et les plus riches piétinent les plus pauvres.

25- L’Afrique tarde à mettre en valeur à grande échelle les deux matières fondamentales du développement (la matière grise et le temps).

26- L’Afrique n’a toujours pas défini et instauré la solidarité organique au détriment de la solidarité mécanique.

27- L’Afrique ne se donne pas une identité réelle et ses peuples n’ont pas une identité, une seule et définitive.

 

OBSTACLES RELATIFS A LA SANTE

 

28- L’indépendance médicamenteuse n’est même pas un rêve de l’Afrique.

29- L’Afrique ne s’est pas défini une politique efficace de santé publique et une stratégie africaine novatrice de la lutte contre le SIDA et le paludisme.

 

OBSTACLES SOCIO-ECONOMIQUES

 

30- L’Afrique ne s’est jamais engagée dans une voie de développement véritable, original, durable, digne…

31- L’Afrique n’a toujours pas défini, adopté et pratiqué une théorie de développement adéquate.

32- L’Afrique n’a aucune politique continentale pour mettre en valeur ses ressources.

33- L’Afrique reste victime du pillage de ses ressources humaines, naturelles, etc.

34- L’Afrique reste un continent consommateur insatiable.

35- L’Afrique reste un continent assisté.

36- L’Afrique reste un continent d’accaparement.

37- L’Afrique n’a jamais exigé officiellement de la communauté internationale et de l’Occident en particulier la reconnaissance de l’entreprise esclavagiste et surtout de la traite négrière comme un

crime contre l’humanité et de réclamer le dédommagement conséquent pour l’intérêt du développement de l’Afrique.

38- L’Afrique reste une terre de désolation pour sa jeunesse.

39- L’Afrique n’a jamais créé un prix panafricain pour le développement, pour l’invention, pour la paix, etc.

 

LA MONDIALISATION

 

40- L’Afrique souffre du rouleau compresseur et écrasant de la mondialisation.

 

 

Extrait du livre de Mr Valentin AGON

Grand panafricain

Conseiller spécial du MJUDA

 



04/03/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 42 autres membres