UNIR POUR DEVELOPPER

UNIR POUR DEVELOPPER

Le Christianisme : berceau du racisme et de l’antisémitisme

Le Christianisme : berceau du racisme et

de l’antisémitisme

 


« Aussi longtemps que la philosophie, qui garde une race "inférieure "
et l'autre "supérieure" n'est pas complètement et pour toujours
" discréditée" et abandonnée; aussi longtemps qu'il y aura encore des
citoyens et des sous-citoyens dans n 'importe quelle nation; aussi
longtemps que la couleur de la peau de quelqu 'un n 'aura pas plus
de signification que la couleur de ses yeux; aussi longtemps que les
droits humains basiques ne seront pas garantis d'une manière égale
pour tous - sans attacher d'importance à la race - aussi longtemps que
ce jour ne sera pas là, les rêves d'une paix durable, d'une citoyenneté
internationale et d'une gouvernance par la moralité internationale,
demeureront une illusion, un objectif recherché, mais inatteignable [...]
aussi longtemps que tous les Africains ne se dresseront pas et ne
parleront pas comme des humains libres, égaux aux yeux des hommes
- tout comme ils le sont dans les deux - aussi longtemps qu 'il n 'en sera
pas ainsi, le continent Africain ne connaîtra pas la paix.Nous Africains,
nous nous battrons si nécessaire et nous savons que nous vaincrons,
car nous avons confiance en la victoire du bien sur le mal »
- EMPEREUR HAILÉ SÉLASSIÉ I, Négus d'Ethiopie, discours du 28 février 1968 -

 

 

 


Les noirs étaient, dans le passé, considérés par l'Eglise et les chrétiens d'Europe comme des personnes sans âmes ; donc comme des bêtes, des "non-humains". C'est un fait patent qu'il y avait chez les chrétiens européens, dans des temps pas encore si lointains, un racisme viscéral envers les noirs.

C'est dans cet état d'esprit-là que les blancs colonisateurs chrétiens sont venus coloniser l'Afrique. Ne vous y trompez pas. A preuve : dans certains pays européens un chrétien blanc pouvait sponsoriser le baptême chrétien d'un petit noir en Afrique ; en donnant une somme d'argent à l'Eglise, il obtenait pour cet enfant noir un certificat lui servant de billet pour n'aller qu'au purgatoire, plutôt qu'en enfer, après sa mort ! C'était donc un acte hautement noble et saint de contribuer à délivrer du diable le "démon" qu'était forcément ce petit... puisque c'était un noir, et de le rendre, en sponsorisant son baptême, un tout petit peu "humain"... le mettre, en quelque sorte, à mi-route entre l'animal et l'homme !

Parmi les nombreux écrivains et philosophes occidentaux qui ont mis en avant, dans les temps reculés, leurs théories hautement racistes, la plupart étaient de "bons chrétiens". Et tous ces courants de pensées chrétiens ont été constitutifs de l'antisémitisme et du racisme existant aujourd'hui. Il faut aussi le préciser, le christianisme est à la base initiale, et du racisme envers les noirs, et de l'antisémitisme envers les juifs. Or, voici que maintenant, en ce début de XXIème siècle, c'est contre les sémites musulmans qu'il se lance dans la poursuite d'une nouvelle "guerre de religion".

L'athéisme en Europe n'a pratiquement pas jouer de rôle dans la montée, ni du fascisme, ni du nazisme qui s'y sont développés au cours du XXème siècle ; autrement dit, ce n'est pas l'athéisme qui a influé sur la montée du racisme : le racisme était déjà très profondément ancré chez les chrétiens et dans l'Eglise avant qu'on ne parle de Mussolini ou d'Hitler. Ces deux gouvernants - d'ailleurs tous deux "bons chrétiens" - se sont inspirés d'une politique chrétienne raciste qui existait déjà bel et bien avant leur ère. Ni la doctrine, ni la pratique n'était, hélas, chose nouvelle ! Il est également à noter que ces leaders n'auraient pas pu réaliser tout ce qu'ils ont accompli sans leur alliance avec le Vatican. La grande majorité des chrétiens allemands étaient des fervents supporters du Reich nazi et ils ont continué à l'être... même une fois rapportées les preuves des cruautés commises par les troupes fascistes et leurs alliés. Et ce ne fut pas le cas qu'en Allemagne seulement, ce fut pareil dans d'autres pays ailleurs en Europe, où des mouvements fascistes furent le fruit de la culture chrétienne et allèrent de pair avec elle : il y eu ainsi, outre Hitler en Allemagne et Mussolini en Italie, Franco en Espagne, Pétain en France, Salazar au Portugal, Pinochet au Chili etc. Des millions de chrétiens blancs étaient derrière ces régimes notoirement fascistes et racistes. Voilà la vérité !

Les rédacteurs nazis des lois de Nuremberg "Pour la protection du sang et de l'honneur allemand", ont tout simplement paraphrasé le droit ecclésiastique. Il est également bon de noter que l'Eglise, donc la chrétienté, par le moyen de sa presse officielle et ce jusqu'à la fin des années 1920, a soutenu, non seulement que les Juifs étaient "déicides", mais qu'ils appartenaient à une "race inférieure". Sans parler de l'Inquisition mise en place au XVème siècle par le Saint-Office, lequel affirmait qu'il existait des traits physiques et spirituels caractéristiques nuisibles et transmissibles qui étaient propres aux Juifs !

Pour comprendre comment on ait pu en arriver là, il suffit d'examiner l'histoire du christianisme. Mais, il faut aussi savoir discerner, qu'en fait, peu de choses, pratiquement rien n'a changé. Dans son noyau dur le christianisme et l'Eglise sont actuellement, encore et toujours, aussi fondamentalement fasciste et raciste. La place du noir demeure une place inférieure, ne vous y trompez pas, on y tolère des cardinaux et évêques noirs, rien que pour amuser la galerie, comme valets bien dressés, devenus humains parce qu'ils ont choisi la "bonne" foi. En réalité, ils sont là pour mieux servir les missions et objectifs de l'Eglise et du christianisme, mais ce dernier au fond, mène encore et toujours un combat identique à celui de jadis. Les noirs chrétiens et catholiques sont, dans leur ensemble, plus des agréables et beaux trophées de victoire qu'autre chose ; l'Eglise a seulement privilégié certains d'entre eux pour paraître se conformer à "l'air du temps".

Déjà au tout début de la chrétienté avec l'Apôtre Paul, l'homme du mensonge et de la trahison - celui qui peut être considéré comme la bâtisseur du christianisme d'aujourd'hui - le racisme a commencé, en particulier envers les juifs, qu'on va faire passer un peu plus tard pour les responsables de la crucifixion de Jésus, à la place des romains. La rage des chrétiens envers les juifs va encore être accentuée à cause du refus des juifs de se convertir ou d'être convertis (de force !) au christianisme. 

L'histoire nous raconte que les premières grandes exterminations de juifs perpétrées par les chrétiens eurent lieu vers 414. Au fil de l'histoire un bon nombre de pratiques antisémites furent instaurées par les chrétiens : le ghetto, la confiscation de biens et de propriétés juives, l'interdiction pour les chrétiens de se marier avec des juifs, etc. Martin Luther, le père du protestantisme, va même en 1543 émettre un tract intitulé "A propos des Juifs et de leurs mensonges" ! Hitler fut un admirateur de Luther et on pourrait même dire que ce tract de Luther a inspiré le "Mein Kampf" de Hitler.

Durant son concile de 1870, le Pape ultra conservateur, Pie IX, va réaffirmer le programme réactionnaire de l'Eglise qui condamne la modernité, la démocratie et le Marxisme. Et dans l'élaboration de ce programme, le juif avait une place prévue et bien déterminée : il était source de haine et de condamnation. Ce concept, plus tard, va tout simplement être imité par les nazis. La pensée nazie deviendra en quelque sorte un prolongement naturel de la pensée de l'Eglise, telle qu'elle existait sitôt après la guerre franco-allemande de 1870-71.

Même le racisme "scientifique" va être un instrument utilisé par des chrétiens pour perpétrer leurs actions culturelles préjudiciables ; ce n'est pas du tout un hasard si, à cette époque, les races considérées comme inférieures par les communautés chrétiennes occidentales se trouvent être les mêmes que celles également définies comme inférieures par "les sciences" du moment !

Si on cherche les précurseurs de l'antisémitisme et du racisme nazi, ce n'est pas dans les milieux athées qu'il faut les chercher, mais au sein des milieux chrétiens européens. C'est largement la culture chrétienne occidentale, profondément raciste, souvent antidémocratique, et dangereuse par beaucoup d'aspects, qui va être le terrain fertile d'où naîtra plus tard le nazisme.

Selon les biographies disponibles tous les principaux leaders nazis étaient des chrétiens baptisés, ils ont grandi dans des foyers chrétiens très strictes, où la tolérance était inconnue. Citons quelques uns de ces tristes personnages : Adolf Hitler, Heinrich Himmler, Rienhard Heydrich, Joseph Goebbels, Rudolf Hess. Pas un seul des top leader nazis n'avait grandi dans une famille athée ! Pas un seul ! Ils étaient tous "chrétiens".

Il existe même des photos authentiques où l'on voit des top leaders nazis placés auprès d'ecclésiastiques de haut rang faire le geste nazi avec la main droite levée, lors de cérémonies ! On ne peut être plus clair Hitler remercia régulièrement le "dieu" chrétien pour ses victoires. D'une manière répétitive il clama souvent que "dieu" était du côté du nazisme ! Hitler a même souvent condamné l'athéisme. La constitution nazie de l'époque évoquait légalement "Dieu". Hitler était clairement et nettement un chrétien raciste avec des racines catholiques profondes, influencé par Martin Luther, certains aspects du Darwinisme et un peu moins par l'occultisme.

Les nazis partageaient ainsi les mêmes valeurs conservatrices imposées par l'Eglise et la chrétienté : la bourgeoisie, le patriarcat, l'antifémi-nisme, le mariage, l'interdiction de l'avortement, la condamnation de l'homosexualité, etc. Par conséquent les nazis n'étaient pas du tout "bons amis" avec la minorité athée de l'époque, ce que Hitler précisa et déclara fermement dans un discours qu'il tint en 1933. D'ailleurs, tout le monde connaît le "Gott mit uns" [Dieu avec nous] inscrit sur la boucle du ceinturon portés par tous les militaires nazis... tous chrétiens donc, de ce fait !

Ce sont avant tout les catholiques allemands et l'Eglise Catholique Romaine qui vont contribuer au pouvoir total et totalitaire des nazis, grâce entre autre au "Catholic Zentrum Party" de l'époque. D'ailleurs en 1928 un prêtre, Ludwig Kaas, devint le premier ecclésiastique à la tête de ce parti !
Le chancelier Franz von Papen, un fervent chrétien raciste et en tant que tel fort apprécié - d'ailleurs après la guerre, au fameux Procès de Nuremberg en 1946... il sera acquitté ! - En 1933 c'est pourtant lui qui fut le moteur de la victoire électorale de Hitler, on peut même dire que c'est lui qui amena Hitler au pouvoir car, en lui cédant sa propre place, il lui permit de devenir chancelier du IIpme Reich, avant qu'il ne devienne, l'année suivante, "le Fùhrer" responsable en chef (mais pas seul responsable) de la mort de millions de personnes. Immédiatement l'Eglise reconnu et accepta le nouveau régime de Hitler ! Normal, les chrétiens et catholiques avaient amené Hitler jusqu'à sa position de chancelier. En Allemagne et autres pays fascistes, durant ces horribles années 30 et 40, ils ne furent seulement qu'une infime minorité les chrétiens "étonnés" ou "dégoûtés" de ce qui se passait. 

Ce sont les catholiques chrétiens qui vont, avec leurs votes, donner au cabinet d'Hitler une majorité absolue afin que ce cabinet ait une autorité executive et législative sans avoir besoin du parlement allemand. Et tout ceci va mener, dès 1933, à un concordat entre le nazisme et le Vatican, ce qui apportera à Hitler, comme sur un plateau, une légitimité extraordinaire. Pour ce faire, le Vatican s'est tout simplement basé sur un Concordat préalablement signé en 1929 avec le père du fascisme, un certain raciste notoirement connu et nommé... Mussolini !

En contrepartie de ce Concordat avec le nazisme l'Eglise fut largement récompensée, elle reçut beaucoup en retour : d'énormes revenus de taxes, la protection de privilèges, que la prière et les cours de catéchisme soient obligatoires dans toutes les écoles d'Allemagne... et autres pays sous sa botte, l'interdiction à quiconque de critiquer l'Eglise, etc.

Tout ceci fut célébré en grande pompe dans la cathédrale de Berlin durant une messe où nazis catholiques chrétiens et haut clergé du Vatican se tenaient côte à côte et main dans la main ! La collaboration avec le nazisme était absolument "sans bavure". Beaucoup de chrétiens contemporains essayent de défendre tout ce qui s'est passé à cette sombre époque, en disant que les chrétiens d'alors n'avaient pas le choix, c'est faux : ils avaient le choix et ils ont fait leur choix !

Mais, revenons sur un point particulier, une partie de l'Histoire ignorée par beaucoup : le fait que le racisme et l'antisémitisme existaient déjà bel et bien en ces temps-là et depuis fort longtemps et qu'en plus, tous deux, ils étaient les fruits pervers et fort amers de la chrétienté. Cela peut choquer les africains chrétiens, mais ça aussi c'est la stricte vérité, et c'est facilement vérifiable. En voici quelques bases :
Dès 541 le concile d'Orléans en France interdit aux juifs de "paraître en public pendant la période de Pâques".
L'Archevêque de Lyon, en France (le "Primat des Gaules") fait rassembler en 828 tous les enfants juifs, sans demander leur avis aux parents et s'arrange pour qu'ils soient copieusement terrorisés afin qu'ils acceptent de se convertir au christianisme.

Sympa le Prélat, n'est-ce pas ? Et pas "sectaire" du tout, pensez donc !

Dès l'an 944, à Toulouse, un juif, désigné par ses coreligionnaires, devait se présenter devant la cathédrale des chrétiens chaque Vendredi saint pour être giflé publiquement en souvenir de la mort de Jésus. En l'an 1018, la gifle, administrée par le chapelain du vicomte chrétien, Amery de Rochechouart fut si forte, que la victime fut tuée sur le coup. Cette monstruosité chrétienne ne fut supprimée en France qu'à compter du XIIème siècle !

En l'an 1010, un excellent chrétien... comme son nom l'indique, le roi Robert le Pieux, ordonna à tous les juifs de France de choisir entre la conversion et la mort. Le refus fut général et un grand massacre commença.

La même année, en 1010 toujours, la ville de Limoges - très chrétienne... et donc emplie de "bonnes âmes charitables" - ce haut lieu connu pour sa fine et délicate "Porcelaine de Limoges" expulsa, sans avoir peur de la casse et sans exception, tous les membres de sa communauté juive.
Le roi Louis VII, revenant d'une Croisade accomplie entre 1147 et 1149, en compagnie du "Grand" Saint Bernard, fit exécuter d'un coup, 80 juifs sur un seul bûcher et ce, "à titre d'exemple" après qu'il eut lui-même lancer la rumeur alléguant que les juifs s'adonnaient à des sacrifices d'enfants.
A cette même époque, l'évêque de Béziers exhortait chaque année, à l'occasion du dimanche des rameaux, "sa population", pour qu'elle venge la mort de Jésus en attaquant les habitants du quartier juif, mais « uniquement avec des pierres » disait ce "bon Père" ! Cette ignoble coutume chrétienne ne fut supprimée qu'en 1161... mais pas gratuitement, c'est le cas de le dire, car en échange les juifs furent contraints de s'acquitter d'un lourd impôt annuel !

Quelques dix ans plus tard, en 1171, à Blois, le gouverneur emprisonna tous les juifs dans une maison à laquelle le feu fut mis aussitôt. Résultat : 32 morts.

Peu après, et sans doute pour marquer son règne d'un coup d'éclat, c'est en 1182 que le roi chrétien Philippe Auguste ordonna à tous les juifs de quitter la France. C'était la première fois qu'un pays chrétien décidait, au nom de la chrétienté, de se débarrasser de tous les juifs vivant sur son territoire. Un précédant qui, effectivement aller marquer son temps et même faire école car il inspirera plus tard les régimes fascistes et nazis d'Europe.

Ce que très peu de gens savent - car il est rare qu'il en soit fait mention - c'est que l'obligation faite aux juifs par les nazis de porter une étoile jaune n'était pas la première mesure du genre. De fait, les nazis en 1940 n'ont que repris à leur compte en France et dans les autres pays où ils l'imposèrent, une décision du 4ème Concile du Latran, tenu à Rome en 1215 et au cours duquel les responsables de la hiérarchie Catholique décrétèrent l'obligation pour les juifs de porter sur leur vêtements un signe distinctif.

Finalement, la chrétienté, Hitler, le Pape, les Rois de... la France -"fille aînée de l'Eglise" comme l'a rappelé récemment en visite à Rome, son actuel Président de la République - tout ça c'est : même esprit, même combat... il n'y a que les dates qui changent.

En 1269 le roi chrétien Louis IX, précisa quels devaient être la taille et la couleur des signes distinctifs : les juifs devaient coudre sur leurs vêtements, sur la poitrine et dans le dos un rond rouge de « quatre doigts de circonférence et d'une surface d'une paume », ce qu'on appelait "la rouelle".
En 1290 à Paris, un juif nommé Jonathas fut accusé d'avoir transpercé... une hostie ! Il fut torturé avec sa femme, ils furent brûlés vifs, leur maison fut détruite et les chrétiens y édifièrent une chapelle pour la Vierge Marie à la place ! Toujours l'alliance du feu et de la pureté, des symboles forts... pour marquer les esprits faibles ! Résultat concret : beaucoup de juifs fuirent, ils quittèrent l'Europe occidentale chrétienne et raciste de cette époque là ; rien que pour la France uniquement, plus de 100 000 juifs s'exilèrent ainsi.

A Metz, en 1698, les juifs doivent porter un chapeau jaune en tout temps. A la même époque Strasbourg fut une ville interdite aux juifs, ils devaient quitter la ville lorsque les cloches des églises chrétiennes se mettaient à sonner avant le coucher du soleil ! Après le couvre-chef le couvre-feu... les voilà bien couverts, pour l'hiver ! De quoi se plaindraient-ils ?

En 1890 Edouard Drumont, un petit journaliste sans talent, publie en France un livre en deux volumes, "La France Juive", édité chez Marpon et Flammarion. Ce brûlot va connaître un succès populaire énorme : plus de 150 000 exemplaires vendus (Moitié plus que de Juifs précédemment expulsés, pour qui sait compter); mais ce chiffre de vente, pour l'époque, c'est un chiffre colossal ! A quoi pourrait-on attribuer ce record ? Durant cette période, le pays connaît une crise économique (une de plus !). Quelle solution Mr Drumont propose-t-il dans son livre pour résoudre le problème du moment ? Ô... la réponse est toute simple : saisir tous les biens des juifs, voilà tout !

Enfin je trouve la liste déjà trop longue comme ça, j'éviterai de détailler ici l'affaire Dreyfus qui a secoué la France, au moment de l'avant dernier changement de siècles, encore une affaire odieuse qui divisa longtemps la France en 2, mais cette affaire-là est relativement bien connue, ne serait-ce que grâce à l'article à sensation "J'accuse" écrit par le courageux journaliste et romancier talentueux, Emile Zola.

Ce qu'il faut savoir encore, c'est que ces exemples ne se limitent pas qu'à la France seule, ce fut général en Europe occidentale chrétienne, en France certes, mais aussi en Italie, en Espagne, au Portugal, etc. Le racisme et l'antisémitisme sont deux fruits abominables et pernicieux tombant de l'arbre de la pensée chrétienne. Regardez ce qu'il en est de l'extrême droite de nos jours, que ce soit Le Pen en France, ou le Vlaams Blok en Flandres belges, l'extrême droite en Autriche et autres, demandez à tous ces politicards redoutables tirant les ficelles, quelle foi est la leur, vous allez recevoir comme réponse qu'ils sont "grands" défenseurs des principes moraux chrétiens, qu'ils sont des chrétiens/catholiques convaincus et fervents!

Ne pensez pas que cela n'appartienne qu'au passé, à l'histoire, que tout cela est fini maintenant, ce serait une grave erreur, ce n'est vraiment pas le moment de s'endormir, on se doit, on doit à nos enfants, à la vie de "réagir" !

Encore en France, Paul Touvier, chef de la milice anti-juive de Lyon, sera longtemps caché par des religieux, il avait été graciés par le Président Georges Pompidou en 1970. Recherché à nouveau, il a été arrêté à Nice, dans un couvent, en 1989. Pour s'être rendu « sciemment complice de crimes contre l'humanité », il a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité en 1994. Il est mort en 1996 à Fresnes. C'est juste un exemple, mais, ainsi, de nombreux nazis racistes et collaborateurs nazis ont été caché dans des couvents catholiques chrétiens !


Un dernier exemple, récent celui-là, en 1990, le président de l'ADFI (Association de Défense des Individus et Familles) en Suisse - "Association anti-secte" qui n'est qu'une ramification déguisée de chrétiens intégristes - le diacre catholique, Paul Ranc, fait publier des propos antisémites ! La chrétienté vomit toujours et encore de nos jours son racisme, mais c'est maintenant d'une manière davantage camouflée, car elle ne peut plus le faire, du moins plus aussi facilement que par le passé, escortée par des bruits de bottes.. .et Rome le regrette bien !

Mais tout ce qui est écrit ci-dessus concernant l'antisémitisme est tout aussi valable pour le racisme envers les noirs, à travers le temps et l'espace.
La seule différence qu'il y a entre les juifs sémites d'Europe et les noirs africains, c'est que les juifs n'ont pas renié leur foi, ils sont demeurés juifs, malgré toutes les atrocités historiques qu'ils ont eu à subir à cause de la chrétienté, du Moyen Age jusqu'à l'ère nazi, tandis que les africains, eux, ont adopté cette religion du colonisateur chrétien. Les africains se sont laissés faire et sont devenus aujourd'hui l'amuse gueule de cette grande supercherie qu'est le christianisme. Pauvre Afrique ! Elle est pauvre aujourd'hui, tandis que les juifs qui ne se sont pas laissés convertir sont les riches de ce monde, ce qui n'est qu'une suite logique de leur choix religieux distincts.

En 1675 le chrétien Jacques Savary écrit un livre expliquant les bienfaits de l'ignoble traite des esclaves noirs, "Manuel du parfait négociant", on peut y lire que le fait d'arracher par la force à l'Afrique des millions d'hommes, de femmes et d'enfants noirs pour en faire des esclaves c'est : "leur apporter des bénéfices spirituels et moraux comme la conversion au christianisme" ! Sans commentaire, c'est trop odieux !
On pourrait ainsi allonger la liste de faits sur des pages entières.

Il faut savoir aussi, parce que c'est un autre aspect de la réalité, que le Saint-Siège de Rome se considère comme un système parfait, à l'image de tout Etat totalitaire, mené par un dictateur. Ainsi, pour cet état, le droit du travail n'existe pas, il n'accepte pas non plus la formation de syndicats bien qu'il emploie de nombreux ressortissants italiens. En plus, et ce n'est pas surprenant, ni la Cité du Vatican, ni le Saint-Siège ne sont signataires de la "Déclaration Universelle des Droits de l'Homme". Depuis Pie VI, les papes condamnent le principe de séparation de la sphère publique et de la sphère privée. Ils condamnent la liberté de conscience comme un manquement des Etats à préserver les peuples de l'erreur, et condamnent la liberté d'expression comme étant une liberté de propager l'erreur. Cette philosophie totalitaire n'a pas empêché le Saint-Siège d'adhérer à l'ONU, où l'Eglise dispose d'un statut d'observateur privilégié. Ce qui démontre encore une fois l'hypocrisie dans le monde et à quel point l'ONU est une organisation fantoche infiltrée par le mal.

Par ailleurs, il est effectivement nécessaire de noter aussi que le Christianisme Aryen, raciste, continue à exister aujourd'hui dans l'Occident contemporain, par exemple dans des groupements tels que "Christian Identity" ("Identité Chrétienne"), "Aryan Nation" ("Nation aryenne"), "White Power" ("Pouvoir Blanc"), le "Ku Klux Klan" et autres groupes chrétiens extrémistes qui prônent la suprématie de la race blanche en se basant sur les écrits bibliques.

Ce fait que les églises chrétiennes allemandes du temps du Nazisme ne se soient, ni insurgées contre le nazisme, ni même simplement opposées à lui et surtout opposées aux persécutions raciales qu'il a entreprises, c'est d'autant plus répugnant que les nazis avaient peur de la propagande et du pouvoir politique des églises chrétiennes ; c'était donc une certitude qu'à l'époque en Allemagne, les leaders des églises chrétiennes auraient pu s'opposer aisément à la persécution raciale des nazis, mais le fait est là : ils ne l'ont pas fait et ce n'est même pas par peur ou par "lâcheté"... non, c'est parce que la façon de penser et d'agir de Hitler et de ses acolytes nazis cadrait parfaitement avec "la pensée chrétienne" et sa façon d'être, depuis l'aube du christianisme. Bien sombre réalité !

D'ailleurs le "racisme scientifique" peut être considéré comme l'instrument par excellence sur lequel la chrétienté s'est toujours appuyée pour légitimer universellement ses préjugés culturels, autrement dit : pour donner force de loi à son racisme viscéral ; prenons aussi conscience que ce n'est pas du tout par hasard si, à cette même époque, c'était toujours des mêmes races qu'il s'agissait, quand on parlait, soit de celles jugées comme "inférieures" par la chrétienté occidentale, soit de celles dont la "Science occidentale" aurait "démontré" - du moins le prétendait-elle - qu'elles ne disposaient que d'une "intelligence restreinte" 

Parmi les grands parrains de ce racisme dit "scientifique" à l'ère prénazi on peut citer les trois personnes suivantes : Thomas Robert Malthus, Gobineau et Chamberlain. A "titre" d'exemple - et cette fois on peut prendre l'expression au premier degré - II suffit, pour en être persuadé, de ne regarder... rien que "le titre", justement, de l'ouvrage du Comte de Gobineau, diplomate et écrivain français : "essai sur l'iniquité des races humaines" ("Essay on the Inequity of Human Races") !

Plus tard, des racistes "déclarés" comme Nietzsche et Hitler s'inspireront profondément des thèses du Comte de Gobineau. Toutes ces personnes considéraient "ouvertement"... et "scientifiquement" - à leurs yeux déjà mais aussi d'après l'avis de beaucoup de leurs contemporains - que les noirs et les juifs étaient génétiquement des races inférieures. On a eu l'occasion de constater une position entièrement identique chez tous les premiers Papes du Vatican, et ce jusqu'au Pape... (c'est à vous-mêmes chère lectrice, cher lecteur que je laisse le soin de remplacer ces trois points par le nom de votre choix !).

J'entends déjà certaines personnes noires chrétiennes me rétorquer : « oui, mais tout cela c'est du passé !» ; eh bien non, mes chers frères et sœurs, le "racisme scientifique chrétien" de l'Occident... s'il était vivace au XXème siècle, il est encore bel et bien vivant à notre XXIème débutant, en voulez-vous quelques exemples ?

Jusqu'en 1924 c'est le test de QI [Quotient Intellectuel] de Cyril Burt, un chrétien blanc eugéniste, qui était utilisé aux USA comme justification scientifique par le "U.S. Immigration Act" ("loi sur l'immigration" des Etats-Unis) afin de maintenir hors des frontières des Etats de l'Union les Africains dont l'entrée n'était pas souhaitée.

Pendant l'hiver de 1969, le "Harvard Educational Review" (Revue de l'enseignement de l'Université de Harvard... mondialement célèbre) a publié un traité de 123 pages, signé de la main du Professeur Arthur R. Jensen intitulé "How much can we boost IQ and Scholastic Achievement ?" ("Jusqu'où peut-on augmenter le QI et les prestations scolaires ?"), Jensen étant un fervent admirateur de Cyril Burt, clamait haut et fort que les noirs étaient génétiquement moins intelligents que les blancs.

En mars 1969 un article dans le célèbre magazine anglais "Newsweek" résumait sa philosophie avec un titre intitulé ainsi "Né stupide ?" C'est assez éloquent ! Plus tard le Professeur Jensen ira encore jusqu'à défendre ses points de vue, en 1973, dans son livre "Educability and Group Différence" ("Education et différence d'appartenance") dans lequel il affirmera qu'il y a un lien biochimique entre la pigmentation de la peau et l'intelligence !

Les thèses du Professeur Jensen vont également être reprises en écho par d'autres Professeurs comme, par exemple, William Shockley, de l'Université de Yale et Richard Herrnstein, Professeur et Président du département de psychologie de l'Université de Harvard ! En 1994 ce Mr. Herrnstein va écrire, en compagnie d'un coauteur, Charles Murray, un livre intitulé "the Bell Curve" ("la courbe en cloche") et dans cet ouvrage ils vont affirmer que les noirs sont moins intelligents que les blancs, tout simplement... parce qu'ils sont "génétiquement incapables" d'être intelligents !
Un autre "scientifique" américain, Paul Popenoe va publier une étude appelée "Intelligence and Race : A Review of S orne of the Results of the Army Intelligence Tests - The Negro" (Intelligence et Race : Une revue de quelques Résultats des Tests d'Intelligence de l'Armée - "Le Nègre"). Dans cet ouvrage il ose prétendre que les quelques noirs intelligents existant aux USA doivent avoir, par l'effet d'un quelconque hasard héréditaire un peu de sang blanc dans leurs chromosomes car les noirs sont mentalement inférieurs aux blancs et que ceci est irrémédiable puisque c'est génétique !

On pourrait se demander à quoi peut servir un tel matraquage des esprits ? La réponse est simple : ces idées, même si elles sont tout à la fois fausses et ridicules, étant insidieusement et inlassablement répandues dans le public... celui-ci finit par les accepter et les assimiler sans s'en rendre compte, simplement parce que, à ses yeux, elles émanent de "hauts personnages" que la population dans son ensemble considère, en fonction de leur position dans la société, comme étant des êtres "éminents" et "respectables" et dont la "crédibilité" n'a pas à être contestée ; tel est le cas des Gouvernants, des Professeurs de Faculté, des scientifiques de renom ou encore des Evêques, Prêtres et/ou Missionnaires des grandes religions dominantes, etc.

Et c'est ainsi que, finalement, l'on arrive à faire admettre au "bon peuple" l'indicible.
Voici justement un autre exemple - sûrement moins connu que le nazisme - mais bien typique d'un comportement qui serait jugé "indicible" par tout esprit normal... s'il n'était pas matraqué par ces idées racistes et nauséabondes, erronées et répugnantes qu'on lui impose inlassablement et qui finissent par entrer dans la tête de "Monsieur tout le monde" sans que personne n'en prenne conscience.

Il s'agit d'expériences psychochirurgicales menées par Robert Heath de l'Université de Tulane avec le psychiatre Australien Harry Bailey, dans le milieu des années 50. Pour mener à bien les expériences en question, ces deux personnages, aussi odieux que racistes ont eu le culot d'implanter des électrodes dans les cerveaux de prisonniers américains... noirs, évidemment !

Et ce n'est pas tout : au cours d'une conférence donnée à une classe à Tulane, vingt ans plus tard, donc dans le milieu des années 70, ils iront même, toujours sans aucun remords apparent, jusqu'à dire ouvertement qu'il leurs en coûta moins cher d'utiliser des Nègres que des chats, parce que des Nègres il y en avaient partout et que cela ne leur coûtait rien.

Ce tristement "fameux" Robert Heath va d'ailleurs continuer à utiliser des noirs comme cobayes pour d'autres expériences ; il s'agira cette fois d'expériences sur les drogues, une "recherche" subventionnée par la CIA ; il utilisera pour ces travaux-là des noirs américains emprisonnés dans le "Louisiana State Penitentiary", (Pénitencier de l'Etat de la Louisiane, aux Etats-Unis).

On aimerait savoir ce que pense de cette utilisation des êtres humains le "très chrétien" Président actuel des USA, Mr Bush, patron de la CIA... ? Dernièrement, il annonçait à ses concitoyens que c'était Dieu Lui-même qui lui avait dit qu'il devait bombarder l'Irak ! Peut-être cette fois-ci « Dieu Lui-même » lui dira-t-il combien II est satisfait que les USA emploient comme cobayes des "enfants de Dieu" à la peau noire plutôt que de... martyriser de pauvres petits chats ? C'est vrai quoi, puisque "son Dieu, omniprésent" sait tout, II sait forcément que parmi la multitude de "ses enfants à la peau noire" il y en a tellement plein les prisons américaines que c'est... "à ne plus savoir qu'en faire", autant les utiliser pour des expériences qui seront utiles aux "enfants de Dieu" à la peau blanche... ceux-là au moins on est sûr depuis longtemps qu'ils ont une âme !
On pourrait ainsi longuement continuer et remplir des pages entières avec des cas de ce genre, tous plus abominables les uns que les autres.
Mais, à votre avis, de quelle religion sont, en grande majorité, ces personnes qui prônent le "racisme scientifique" ? Regardez et vous verrez : ce sont tous de "bons chrétiens", des "excellents catholiques" !

Tout noir chrétien est un aveugle, un ignorant, un "abruti faute de science" c'est à dire faute de connaissance. Il est comme un agneau qui s'est jeté dans la gueule du loup, pire, qui s'est installé dans le tube digestif du loup ; le loup, lui, n'a donc plus rien à faire qu'à conserver cette proie qui s'est livrée à son prédateur, son persécuteur ; peut-être est-ce sans le savoir que l'agneau s'est mis dans une position aussi déplorable... mais pour lui, ça ne change rien au résultat ! Il sera mangé, où et quand, je ne sais pas, mais à coup sûr il le sera.

Quelle était la marque de la "Luftwaffe" de Hitler [ses Forces Aériennes] ? La swastika accompagnée de six croix chrétiennes ! De même pour la "Kreigsmarine" [ses Forces navales] où la swastika fut combinée avec la croix chrétienne ! C'est un fait historique que Hitler participait à des séances de prières publiques et des services religieux où la swastika et la croix chrétienne étaient exposées ensemble, côte à côte.
Quand les nazis publièrent dans divers journaux, avec beaucoup de fierté, des articles sur leurs "nouveaux camps de concentration", photos à l'appui... la grande majorité des chrétiens allemands qui priaient Jésus n'eurent aucune objection à y faire. Même le taux élevé d'exécutions légales rapportées dans cette même presse laissa la majorité des chrétiens allemands complètement indifférents, bien au contraire, ils approuvèrent cette "progression".

D'ailleurs voyons un peu ce que déclarait à propos de Hitler le grand dictateur catholique de l'Espagne, Franco... sans doute éclairé par son "directeur de conscience" - vous savez le fondateur de "l'Opus Dei", celui que Jean-Paul II s'est empressé de "sanctifier" sitôt après sa mort -. Voici les paroles de Franco apprenant la mort du dictateur allemand : « Adolf Hitler, fils du Catholicisme, est mort défendant la Chrétienté... Avec la palme du martyr, Dieu donna à Hitler les lauriers de la victoire » ! Franco avait sans doute, lui aussi, une "ligne directe" de liaison avec "Dieu le Père"... la suprême invention des Chrétiens Catholiques et autres monothéistes !

Africains, je vous le dis et je vous le redis, la Chrétienté porte une beaucoup plus grande responsabilité devant les Cieux que le National-Socialisme Nazi, les SS ou la Gestapo !

Dans sa racine, en son cœur la chrétienté, le catholicisme de l'Occident est raciste, fasciste et néonazi. Ce qui n'empêche pas qu'il y ait beaucoup, sans doute énormément même, de blancs chrétiens de bonne foi, et ayant, ceux-là "bon cœur"... Mais ce sont, eux aussi, des ignorants, des naïfs, qui font partie d'une Institution qui ne les mérite pas, et qui eux, à leur tour, ne méritent pas d'avoir à la supporter, car cette Institution, c'est dans son noyau cellulaire qu'elle est raciste et fasciste, comprenez le bien, ouvrez vos yeux et vos oreilles ! Et faites fonctionner les neurones de votre cerveau : Ré-flé-chis-sez ! Actuellement, pour la vie du monde... donc la vôtre et celle de tous ceux qui vous sont chers, je n'hésite pas à le dire : rien n'est plus important que cette réflexion-là !

 

 

 

 

http://chretien.at/Le%20Christianisme%20%20berceau%20du%20racisme%20et%20de%20l%92antis%E9mitisme.htm



09/10/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 42 autres membres